rupturetranquillecontinhi0Ça y est ! Notre nouveau premier ministre, François Fillon, ancien gaulliste social, Balladurien, chiraquien ou néolibéral selon l’époque et le sens du vent, à constitué son gouvernement de rupture : et là, oh surprise, la jeunesse et la nouveauté sont incarnées par :

-Alain Juppé, unique ministre d’Etat, ce qui fait de lui le Numéro 2 du Gouvernement, droit dans ses bottes en caoutchouc de ministre de l’écologie et des transports (sic), il semble bien que l’ancien « meilleur d’entre nous » soit relégué au rôle peut glorieux de gage de Sarkozy donné à Chirac contre soutien présidentiel.

-C’est Michelle Alliot-Marie qui sera chargée de l’Intérieur ; à force de s’asseoir sur des balais, elle a gagné le droit d’utiliser le Karcher.

-L’ineffable Roselyne Bachelot sera chargée de la santé, de la jeunesse et du sport ; Il est vrai qu’avec la casse du système de santé que prépare Sarkozy, seuls les plus jeunes seront en bonne santé, et ceux qui tombent malades…qu’ils aillent courir un peu, c’est vivifiant !

On retrouve deux sinistres anciens ministres de Raffarin :

-Eric Woerth, membre des « réformateurs », le courant libéral de l’UMP (on y retrouve des anciens de DL comme Madelin ou Goasguen), appliquera certainement avec zèle le dogme de l’Etat minimal dans son nouveau rôle de ministre du Budget (ce dernier ministère étant fort curieusement séparé du « MINEFI »…).

-Dominique Bussereau, ancien de DL, occupera le secrétariat d’état aux transports…sous l’autorité d’Alain Juppé ! Les cheminots apprécieront…

La rupture, c’est peut être la présence de 4 traîtres, des hommes « de gauche » passés à l’Ennemi et adoubés par Sarkozy :

-le sémillant ancien attaché commercial occulte Lustucru de la gauche caviar : Bernard Kouchner :farouche défenseur du concept nauséeux de Devoir d’ingérence, thuriféraire de la défunte constitution Européenne et d’un rapprochement du PS avec le centre, favorable à la guerre en Irak, cet homme trouve à 67 ans sa vraie place dans le champ politique :la Droite Atlantiste chère à Nicolas Sarkozy et à son entourage, constitué ( on l’a vu) d’anciens de DL, un parti créé par des « assagis » de l’extrême droite Française (Occident, Ordre Nouveau), trop carriéristes pour adhérer au FN. Cet ami d’Israël et des USA devient donc Ministre des affaires étrangères et Européennes : ça fait frémir !

-Eric Besson, ancien cadre du PS, est passé dans le camp Sarkozy au soir du 1er tour pour, semble t’il, d’obscures raisons de vengeance personnelle (agrémentées sans doute d’un poil d’ambition ministérielle…)

-Jean Pierre Jouyet, qui épaulera Kouchner pendant les séances d’UV de ce dernier sur les questions européennes, est Inspecteur Général des Finances (comme Juppé) et était favorable à un rapprochement PS UDF…pour finir dans un gouvernement UMP : Hollande et Bayrou apprécieront la trajectoire.

-Enfin, Martin Hirsch, n’aura pas succédé à l’Abbé Pierre à la tête d’Emmaüs bien longtemps, ce népote de la haute administration Française (son père et son grand père occupaient des positions élevées), se satisfera du poste pompeux de "haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté".

On trouve aussi dans ce gouvernement des ténors de la Droite comme Jean Louis Borloo ou Xavier Darcos, des chevaux de retour comme Christine Boutin ou des seconds couteaux comme Valérie Pécresse.