28 mai 2007

L'inquiétant virage trotskisant du Président Chavez

Chavez6Au moment ou le président vénézuélien Hugo CHAVEZ décide de ne pas reconduire le droit d’émettre de la chaîne privée RCTV, le TF1 local, ce qui est une bonne chose, ce dernier semble entamer un inquiétant virage idéologique.

La révolution bolivarienne a été initiée par Chavez sur des bases révolutionnaires et patriotiques.

Elle s’enracinait tant dans le besoin d’émancipation de classes populaires méprisées par une bourgeoisie à la solde des intérêts américains que dans les structures mentales d’un peuple se définissant par sa diversité territoriale et linguistique et par un catholicisme inspiré de la théologie de la libération.

Cette alchimie, qui manifestait la volonté de s’appuyer sur le concret et le réel pour faire triompher la Révolution semble désormais menacée par une épuration idéologique aux causes assez troubles.

En effet, la création du parti chaviste unique, le PSUV, a été marquée par le refus de 3 partis que comptait la coalition bolivarienne de rejoindre ce mouvement : le parti communiste du Venezuela, le parti modéré PODEMOS et le parti PTT. Peu après, Chavez a enjoint les Vénézueliens d’étudier Trotski, et a affirmé que le modèle de transition vers le socialisme élaboré par celui-ci (dans les années 20 ndlr) était celui qui devait être celui utilisé au Venezuela.

Il apparaît donc comme probable que ce virage à 180 ° annonce un durcissement et un appauvrissement de la Révolution Bolivarienne, certainement sous l’influence de tenants de l’Orthodoxie trotskiste ayant réussi à gagner la confiance du Président et étant parvenu à le convaincre d’abandonner la Révolution Nationale et anti-impérialiste au profit d’une stricte application d’un dogme Trotsko-guévariste irréaliste et autoritariste.

Il reste néanmoins possible que le Président Chavez, qui a prouvé maintes fois sa détermination à lutter efficacement pour l’émancipation de son pays et de son continent reprenne ses esprits et reste l’inspirateur principal des peuples de notre temps dans leurs luttes et leurs cheminements respectifs vers le socialisme et la Démocratie qu’il a su devenir.

Posté par DvyD à 13:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires sur L'inquiétant virage trotskisant du Président Chavez

    Contrecarrons la nouvelle campagne anti-vénézuélienne menée dans les media et depuis le Parlement européen!

    Contrecarrons la nouvelle campagne anti-vénézuélienne menée dans les media et depuis le Parlement européen!

    Les progrès de la justice sociale et l’approfondissement de la démocratie au Venezuela sont décidément insupportables aux media français dominants. Télévisions et journaux, avec une nouvelle fois le quotidien Le Monde en pointe, se déchaînent depuis quelques semaines contre Hugo Chavez et le peuple qui l’a élu, avec toujours l’appui de l’officine financée par la CIA dénommée « Reporters sans frontières ». Ils le font cette fois-ci avec d’autant plus de hargne que, propriétés et relais des trusts Bouygues, Lagardère ou Berlusconi, ils peuvent se sentir directement concernés par la mesure qu’ils reprochent au gouvernement vénézuélien. Ce dernier a décidé en effet de ne pas prolonger la concession du canal hertzien national accordée pour 20 ans en mai 1987 à la chaîne privée « Radio Caracas Television – RCTV » du milliardaire, magnat des media vénézuéliens, Marcel Garnier. Ce n’est que mensonge de parler d’interdiction de RCTV, qui pourra d’ailleurs continuer à être diffusée sur la câble. Il arrive à RCTV la même chose qu’à la chaîne TV6 en 1987 à laquelle le CSA français avait retiré la concession au profit de M6. Avait-on accuser le gouvernement Chirac d’alors d’atteinte à la liberté d’expression ? Les raisons ne manquent pas de ne pas renouveler sa licence à RCTV. Le problème n’est même pas qu’elle déverse des programmes débilitants à longueur de journée. RCTV, chaîne des classes possédantes, ne s’est pas contentée d’exprimer une opposition systématique et souvent diffamatoire au président démocratiquement élu, elle a soutenu à l’antenne le coup d’Etat de 2002 contre Chavez puis le sabotage de la production pétrolière en 2003. Tout démocrate ne peut que se féliciter de l’ouverture de la chaîne pluraliste TVES sur le même canal. Ajoutons enfin que le Tribunal supérieur de justice du Venezuela, saisi d’un recours par RCTV, a confirmé la légalité de la mesure gouvernementale.

    A son tour le 25 mai, le Parlement européen s’est arrogé le droit de s’immiscer dans les affaires d’un pays extérieur. Il a adopté sous procédure d’urgence une résolution condamnant les autorités vénézuéliennes. Par 43 voix contre 22 (sur 785 députés !!). Cette tentative de déstabilisation d’un gouvernement démocratiquement élu finit de discréditer cette instance. Elle montre une nouvelle fois la nature de la politique étrangère que l’UE voudrait se donner la possibilité de mener à la place des nations européennes, sans être responsable devant les peuples : l’alignement sur les exigences des multinationales et sur l’impérialisme américain. A ce titre on ne peut qu’être préoccupé par la tentative, reprise hier, 28 mai, à l’unisson par MM. Sarkozy et Prodi de remettre en selle l’idée d’un ministre européen des affaires étrangères et d’une politique extérieure intégrée dans le cadre d’une resucée de la « constitution » européenne repoussée par le peuple français le 29 mai 2005.

    Dans l’immédiat, nous nous associons à toutes les initiatives de solidarité avec la République bolivarienne du Venezuela et assurons l’ambassade en France de notre soutien actif.

    Posté par PCF Paris 15, 29 mai 2007 à 18:31 | | Répondre
  • ET LA SOLIDARITE INTERNATIONALISTE ?

    Comment peut-on écrire pareil article indigne contre un peuple et un dirigeant révolutionnaire à un moment crucial de leur lutte contre l'impérialisme et la finance internationale ?
    C'est indigne d'un parti tel que le nôtre.
    Il est temps de retrouver nos fondamentaux pour reconstruire l'espoir pour notre propre pays... Et Chavez est de ceux qui nous donnent l'exemple.

    Posté par NOSE DE CHAMPAGN, 31 mai 2007 à 11:28 | | Répondre
  • Excuser moi camarades, mais votre article est faux. Chavez a décidé d'avancer vers le socialisme. Une majorité des militants du Parti Communiste du Vénuezuela ont rejoint sur cette base le PSUV. Et aujourd'hui ils se sont lancés dans la construction du socialisme dans le pays.

    Pour ma part je soutiens le combat de peuple vénezuélien et je partage pleinement les décisions prises par le gouvernement de Chavez.

    Autre chose qu'est-ce que "l'orthodoxie trotskiste"? Ou encore le "dogme Guévaro-trotskiste"?

    Je suis triste de lire autant d'ineptie sur votre blog.

    Posté par Savary Ulrich, 01 juin 2007 à 12:00 | | Répondre
  • précision

    Le contenu de cet article -du moins son titre- est en effet assez surprenant.

    L'analyse qui est livrée ici par l'auteur de l'article est tout à fait personnelle, elle ne reflète pas la position du PCF sur la révolution vénézuélienne, et ne saurait constituer une prise de position de la cellule de Wazemmes.

    J. Demeulemeester

    Posté par Joseph D, 01 juin 2007 à 13:26 | | Répondre
  • Merci de cette précision joseph...
    A très bientôt.
    Fraternelement.
    Ulrich Savary.

    Posté par Savary Ulrich, 01 juin 2007 à 14:51 | | Répondre
  • un peu de calme...

    je suis Davy, l'auteur de l'article que, malheureusement, certains camarades semblent avoir mal lu.
    Il va évidemment de sois que je soutiens et Chavez, et Castro, dans notre lutte commune contre l'impérialisme et pour l'émencipation et le progrès.
    Ceci étant dit, un soutien, s'il n'est pas lucide, et donc critique, pourrait nous amener, comme il nous a amené jadis, à soutenir inconditionnellement des régimes à la seule condition qu'ils soient estempillés "communistes".
    Or, parfois l'habit ne fait pas le moine.
    Ce n'est, comme je l'ai indiqué, pas le cas du Vénézuela, et ce grace à la personnalité d'Hugo Chavez et au syncrétisme idéologique qu'il a su construire.
    Cependant, je crois qu'il faut rester vigilant, et ne pas céder à l'antienne trotskiste qui veut que révolution et Nation soit deux concepts antinomiques.
    La Révolution Bolivarienne comporte une dimension Nationale et Anticoloniale (deux concepts liés), dimensions qu'il serait peu judicieux de gommer.
    Le nouveau positionnement ( parti unique et référence à Trotski) me parait malheureusement aller dans ce sens.
    Mais, moi qui prends souvent le Vénézuela comme exempemle et comme modèle contre le renoncement auquels les gens se résignent, j'espère me tromper.
    Amitiés fraternelles
    Davy

    Posté par DvyD, 02 juin 2007 à 15:17 | | Répondre
  • D'accord Davy, mais c'est quoi le "dogme guévaro-trotskyste" ?

    Posté par ulrich, 03 juin 2007 à 19:34 | | Répondre
  • RCTV

    Un documentaire sur RCTV, la chîne en question ici :
    http://yohooo.gauchepopulaire.fr/

    Posté par yohooo, 07 juin 2007 à 11:50 | | Répondre
Nouveau commentaire